Les richesses de la langue française

Les richesses de la langue française

A l’heure du Net, les richesses de la langue française comme toutes les autres langues souffrent du « j’écris vite « .

En effet, au départ la raison en est que les sms devaient avoir un nombre réduit de mots, sinon la facture devenait salée.

Heureusement, aujourd’hui les choses ont changé, les téléphones portables se sont développés ainsi que les offres.

Mais pas les habitudes d’écritures en abrégé, tout comme certains codes utilisés entre jeunes, pas toujours facile à décrypter pour les plus âgés, mais c’est là le but.

Surtout, l’habitude des jeunes à écrire sur leur téléphone, se voit aussi au quotidien. Cependant, c’est un peu dommage car la richesse de notre Français en souffre quand même. Notre langue est un beau mélange culturel de nos différentes histoires tout au long de la construction de notre pays. En outre, il y a eu les échanges commerciaux, des migrations, les mariages entre régions ou pays.

La signature de notre patrimoine

D’ailleurs, c’est ce qui fait aujourd’hui notre patrimoine culturel. Parfois il y a des subtilités vraiment subtiles qui sont presque là pour nous induire en erreur dans une conjugaison, un accord, un participe passé ou présent, les intransitifs … et la liste pourrait encore être très longue.

Pourtant c’est notre histoire, et oui chaque chose à un mot, chaque histoire à un temps, chaque langue à sa poésie.

La poésie est là pour nous faire rêver, apprendre, comprendre, savoir placer les mots est tout un art et pour toute chose comme par exemple cette belle leçon sur les animaux qui nous entourent et que nous connaissons tous !

À savoir…

Mais saviez-vous que …

Les richesses de la langue française

Tu sais bien sûr depuis longtemps, le coq chante,

cocorico,

la poule caquette,

le chien aboie quand le cheval hennit

et que beugle le bœuf et meugle la vache,

l’hirondelle gazouille,

la colombe roucoule et le pinson ramage

Les moineaux piaillent,

le faisan et l’oie criaillent quand le dindon glousse

La grenouille coasse mais le corbeau croasse et la pie jacasse

Et le chat comme le tigre miaule,

l’éléphant barrit,

l’âne braie, mais le cerf rait

Le mouton bêle évidemment et bourdonne l’abeille

La biche brame quand le loup hurle.

******************

Tu sais, bien sûr, tous ces cris-là mais sais-tu ?

Si le canard nasille, les canards nasillardent !

Le bouc ou la chèvre chevrotent

Que le hibou hulule mais que la chouette, elle, chuinte

Le paon braille,

Que l’aigle trompète

******************

Sais-tu ?

Que si la tourterelle roucoule,

le ramier caracoule et que la bécasse croule

que la perdrix cacabe,

que la cigogne craquette et que si le corbeau croasse,

la corneille corbine et que le lapin glapit quand le lièvre vagit.

******************

Tu sais tout cela ? Bien.

*****************

Mais sais-tu, sais-tu ?

Que l’alouette grisole,

Tu ne le savais pas. Et peut-être ne sais-tu pas davantage

que le pivert picasse.

C’est excusable !

******************

Ou que le sanglier grommelle, que le chameau blatère

Et que c’est à cause du chameau que l’on déblatère !

*****************

Tu ne sais pas non plus peut-être que la huppe pupule

Et je ne sais pas non plus si on l’appelle en Limousin la pépue parce qu’elle pupule ou parce qu’elle fait son nid avec de la chose qui pue.

Qu’importe ! Mais c’est joli, la huppe pupule !

*****************

Et encore sais-tu ? Sais-tu

que la souris, la petite souris grise : devine ?

La petite souris grise chicote ! Oui !

Avoue qu’il serait dommage d’ignorer que la souris chicote et plus dommage encore de ne pas savoir que le geai cajole !

******************

longtemps, le coq chante,

Une belle façon de découvrir le petit monde qui est autour de nous, avec les enfants et même pour nous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :